jeudi 18 mars 2010

Susan! Susan! Susan!

Et vous, vous faites quoi ce soir? Rien? Mais alors prenez le premier avion et venez à Berlin (le dernier vol Air France part de Paris à 19h05, just so you know) car qui est en concert, ce soir, au Yaam, oui, à deux pas de chez moi? Susan Cadogan! Mais naaan, pas Susan Boyle dont on nous a fait croire qu'elle savait chanter alors que c'est une énième cilleuse (un mot de der Papa, c'est ce qu'il me disait que je criais, môme, avec une voix stridente: "Arrête de ciller!").

Mais Susan Cadogan, donc. La grande chanteuse jamaïcaine des années 70, en pleine période reggae. Dans mon iTunes elle a droit à un sous-dossier rien que pour elle dans le metadossier intitulé Ska. Bon, certes, elle n'a jamais eu la stature d'une Patsy Todd, d'une Phyllis Dillon, voire d'une Judy Mowatt ou d'une Dawn Penn. Si on est méchant, on dira qu'elle a surtout chanté des reprises, et très bien d'ailleurs, là n'est pas la question: Imagine, Fever, In the Ghetto, ou l'excellent et trop méconnu Congratulations qu'on avait déjà présenté ici le 3 février dernier. Mais si on est gentil, et on l'est, on dira que, parce que c'est une femme, elle n'a pas eu non plus toutes les chances musicales qui s'offaient systématiquement aux hommes.
Et oui, c'était ma minute féministe. Il en faut toujours une.
Sa grande chanson, et c'est celle qu'on va justement écouter, est Hurt so Good, une cover version de Millie Jackson, qui date de 1975, produite par Monsieur Lee Perry et qui sera reprise dans cette version en 1992 par… par… Jimmy Sommerville. Comme quoi les pédés ont décidément du bon (je sais de quoi je parle).
Allez, à ce soir.
Rubbzzz!


PS: En plus, comble de bonheur, on a droit ci-dessous à un petit bijou en guise de vidéo, dans laquelle 1) on apprend à danser le ska, 2) on voit de vrais skinheads tradi tels qu'ils étaient dans les années 70.
Merci qui?

2 commentaires:

Lyly Marlène a dit…

Bonsoir Monsieur le linguiste.
Pardon, mais votre Papounet devait faire erreur: "ciller"? Bof, bof. Non! Il s'agit d'un rrrrrrégionnalisme suiiiiisse qui est le verbe sicler ou cicler, mentionné dans mon Larousse 2005.
De même, il existe "une siclée".
Ex:
Pour gronder son élève, la méchante maîtresse hystérique pousse une siclée.
(Perso, je préfère une bonne beuglée... moins aiguë, moins ridicule.)

Belle soirée!

Mme Fifrelin

JB a dit…

Bonsoir, Madame Fifrelin !
Ravi de revoir ici.

Der Papa n'avait pas tort. Mais c'est moi qui ne sait pas écrire…
Ici , on trouve bien mon "ciller" qui s'écrit a priori "ciler" dans sa transcription en français. Pas facile (fa cil ! hö !) d'y voir clair, c'est à rendre marteau. Comme dans: faux cils et marteau ! Re-hö !

Bon, sur ce, je ne vais pas mettre mes faux cils, mais mes bottes de sept lieues.

Et vous salue comme d'habitude: très, très chaleureusement, chère Madame Fifrelin.